Back to Top

Partage de connaissances et engagement des politiques

La consommation de poissons apporte des éléments nutritifs indispensables à la santé, et réduit ainsi le risque lié à la malnutrition. Ceci est une réalité de plus en plus reconnue tant par le Groupe d’experts de haut niveau sur la sécurité alimentaire et la nutrition que par la communauté scientifique.

La pêche continentale, est le sous-secteur halieutique le plus important du Bénin, fournissant jusqu’à 75% de la production nationale de poisson et source d’environ 32% de toutes les protéines animales de l’alimentation. Pourtant, le secteur de la pêche continentale au Bénin connaît actuellement des difficultés qui réduisent son potentiel de contribution à la sécurité alimentaire et nutritionnelle. Les défis auxquels est confronté le secteur de la pêche continentale sont davantage d’origines humaines. En effet, la réglementation judicieuse qui permettait aux communautés de pêcheurs d’exploiter les ressources en eaux partagées de façon durable est maintenant soumise à des pressions considérables en raison de la croissance démographique, qui intensifie les techniques de pêche incontrôlées (constructions d’acadja par exemple) entrainant la surpêche, tandis que la pollution des zones urbaines dégrade la qualité des eaux continentales.

Au cours des trois dernières années, grâce au financement de l’Organisation Néerlandaise pour la recherche scientifique (NWO), un consortium de recherche composé du Centre d’Actions pour l’Environnement et le Développement Durable (ACED), du Laboratoire d’Hydrobiologie et d’Aquaculture de l’Université d’Abomey-Calavi (LHA-UAC) et du Amsterdam Centre for World Food Studies (ACWFS) a mené des recherches approfondies pour améliorer l’élaboration de politiques fondées sur des données probantes dans le secteur de la pêche continentale.

A cet effet, le partenariat a largement engagé les communautés de pêcheurs continentaux du Bénin, et a interrogé plus de 1.000 pêcheurs, hommes et femmes. Entre autres résultats, les recherches ont révélé :

  • des taux de pollution en métaux lourds supérieurs aux normes internationales pour le complexe lac Nokoué/lagune de Porto-Novo ;
  • la prévalence de l’insécurité alimentaire au sein des communautés de pêcheurs (32%) qui disposent de possibilités limitées pour améliorer leurs moyens d’existence ;
  • l’inefficacité de la gestion communautaire des ressources en eau ;
  • la faible organisation au sein des pêcheurs qui affecte leur pouvoir de négociation avec les autres acteurs du secteur ; et
  • le faible positionnement des femmes de la pêche malgré le rôle important qu’elles y jouent, ce qui engendre des répercussions profondes sur leur condition économique et leur sécurité alimentaire.

Face à ces constats, des recommandations pertinentes ont été formulées non seulement à l’endroit du gouvernement, mais aussi à l’endroit des divers acteurs clés intervenants dans le secteur de la pêche au Bénin. Il s’agit notamment de :

  • développer une plateforme où les pêcheurs pourront exprimer leurs besoins, participer à la formulation des politiques et recevoir un retour d’information régulier sur le développement du secteur de la pêche continentale ;
  • soutenir le secteur de la pêche par le développement de l’aquaculture, le financement d’initiatives de renforcement de capacités, l’amélioration de l’accès aux services financiers ; et
  • faciliter une meilleure organisation des associations de pêcheurs ; et
  • favoriser l’élaboration de politiques qui prennent en compte le genre.

A cet effet, un atelier de partage de connaissances et d’engagement des politiques se tiendra le Mardi 18 Septembre 2018 à Bénin Royal Hôtel (Cotonou) à partir de 9h.  Cet atelier réunira le Ministre de l’Agriculture, de l’Elevage et de la Pêche, le Ministre du Cadre de Vie et du Développement Durable, l’Ambassadeur des Pays-Bas près le Bénin, les dirigeants d’organisations non gouvernementales, les partenaires au développement, des hauts fonctionnaires, des représentants du monde universitaire ainsi que des représentants du secteur privé.

Les résultats attendus à l’issue cette conférence sont les suivants :

  • meilleure compréhension de la vulnérabilité, de la résilience et de l’adaptation de la pêche continentale au Bénin ;
  • meilleure compréhension du rôle des règlements efficaces sur les ressources en eaux partagées et formulation de propositions visant à les améliorer ;
  • des solutions pratiques pour améliorer les conditions de vie des pêcheurs continentaux ; et
  • des engagements renforcés et soutenus de diverses parties prenantes pour appuyer une plateforme multi-acteurs visant à améliorer la performance du secteur de la pêche continentale et une feuille de route pour son développement.

Pour plus d’informations, vous pouvez télécharger la note conceptuelle à ce lien et le programme de l’atelier ici. Pour participer et contribuer à cet atelier, suivez l’évènement et réagissez sur les comptes Facebook et Twitter (@acedbenin) de ACED avec le hashtag #pecheACED18.