Back to Top

Quelques évidences citoyennes sur les jardins communautaires

Face à l’insécurité alimentaire qui frappe les pauvres dans les villes, ACED teste si les jardins communautaires pourraient leur fournir des aliments frais et sains et aussi constituer une source de revenus. Des journaux d’incidences financières et alimentaires ont été mises en place pour collecter des données et suivre l’évolution de l’impact du jardinage. Les résultats préliminaires ont montré que l’exploitation d’un jardin communautaire d’une superficie d’un hectare durant une année peut générer un profit de 4 000 000 FCFA (6 00 euros) environ. En outre, au-delà de ces avantages financiers, il y a des avantages non-financiers – non moins importants – dont bénéficient les participants des jardins. Voici quelques évidences citoyennes qui relatent des histoires de vie dans ces jardins.

Mme. Reine Toboekan

"D’habitude, je restais à la maison et tombais régulièrement malade. Mais, depuis que j’ai commencé le jardinage, je sors de la maison et fournit des efforts pour cultiver. J’ai remarqué depuis lors que je me porte mieux et ne tombe plus malade. Ce bénéfice additionnel m’a vraiment plu dans le travail en plus des profits que je fais sur ma parcelle. Désormais, non seulement, je trouve d’argent, je ne le dépense plus pour me soigner. Mon mari est aussi content pour moi."

Mme. Adélaïde Kounoukpevi

"Je ne me rappelle plus de quand j’ai encore acheté de légumes feuilles pour préparer à la maison. En effet, depuis que je cultive et récolte ma parcelle, je fournis régulièrement mon ménage de légumes feuilles. Cela a considérablement réduit mes dépenses alimentaires et m’a donné plus d’autonomie à la maison. Mon mari me regarde encore plus positivement et m’a permis de plus m’investir dans l’activité."

M. Alexis Kakpo

"Avant le projet, j’avais commencé à faire du jardinage seul autour de ma maison mais étais confronté à plusieurs difficultés surtout de main d’œuvre car je n’avais pas d’appui externe. Mais, depuis que j’ai été sélectionné et démarré le jardin en groupe, j’ai compris l’importance de la coopération entre membres. Au début, les autres membres bénéficiaient de mes premières expériences de jardinage mais au fil du temps, c’est plutôt moi qui apprends d’eux. Il nous est possible de demander facilement l’aide des autres membres sur des taches difficiles ; ce qui nous permet d’être tous au même niveau d’informations et de pouvoir améliorer la production et la vente."

Au-delà de leurs avantages financiers, le développement des jardins communautaires participe à la sécurité alimentaire des villes, au maintien de la santé des participants, à la vie sociale à travers la coopération entre membres, à la cohésion sociale à travers les échanges entre les jardins et la communauté et à la protection de l’environnement à travers l’utilisation des fientes et compost et à la beauté des espaces urbains. Ses avantages multiples – multifonctionnalité – permettent de conclure que les jardins communautaires dans les villes pourraient être une stratégie efficace de lutte contre l’insécurité alimentaire et la pauvreté.