Back to Top

Améliorer la résilience de la pêche continentale au Bénin

Le projet d’Amélioration de la résilience des communautés de pêcheurs continentaux et des systèmes aquatiques à la surpêche et à la dégradation des ressources aquatiques (IRIF) est un projet de 3 ans (2015-2018) mis en œuvre dans le Sud Bénin (Afrique de l’Ouest).

Les communautés de pêcheurs continentaux au Bénin font face à un niveau croissant de stress dû à une population en croissance, à la pollution des zones urbaines et aux changement climatiques. L’objectif général du projet est d’explorer la vulnérabilité du secteur de la pêche continentale à la pression croissante sur les ressources en eau causée par une population en croissance, la pollution des zones urbaines et les changements climatiques.

Nous utilisons une approche multidisciplinaire où les conditions biophysique, les caractéristiques socioéconomiques et les institutions sont formellement intégrés pour analyser la résilience et la situation en matière de sécurité des communautés de pêcheurs. A la fin, le projet espère une utilisation durable des ressources en eau pour la pêche continentale avec une résilience accru aux facteurs externes qui devraient accroître la production de poissons et améliorer les moyens d’existences des communautés de pêcheurs (homme et femme).

Les activités suivantes sont mises en œuvre :

  • Une revue de littérature, une élaboration de questionnaire et la collecte de données
  • Une étude sur les impacts de la dégradation des ressources en eau sur le potentiel de production de pêche
  • Une analyse technique et de marché des techniques nouvelles/améliorées
  • Le développement d’article de recherche/de note de politique
  • Un atelier sur les règlements en matière de ressources partagées en eau pour la pêche continentale
  • Un atelier sur les matériels de vulgarisation produit pour les techniques nouvelles/améliorées

Résultats attendus

  • Une meilleure compréhension de la vulnérabilité de la pêche continentale par les pêcheurs
  • Une meilleure application des règlements basés sur l’évidence en matière de partage des ressources en eau
  • Une amélioration des revenus des femmes impliquées dans les activités de pêche

Le projet est financé par the Food & Business Applied Research Fund de l’Organisation Néerlandaise pour la Recherche Scientifique (NWO) et mis en œuvre par ACED en partenariat avec le Centre for World Food Studies de l’Université d’Amsterdam (SOW-VU) et le laboratoire d’Hydrobiologie et d‘Aquaculture de l’Université d’Abomey-Calavi (LHA-UAC).